Comment Arrêter de Manger ses Émotions pour Perdre du Poids ?

Arrêter de manger ses émotion, conseils de naturopathie

Vous trouvez trop souvent du réconfort dans la nourriture et n’arrivez pas à perdre vos kilos en trop ? Vous culpabilisez en cas d’excès ? Pour mincir durablement, avez-vous déjà pensé à regarder du côté de vos émotions ? Apprendre à apprivoiser et à mieux gérer le stress et l’anxiété, peuvent permettre de stopper ce que l’on appelle « l’alimentation émotionnelle » et de maigrir sereinement. La bonne nouvelle, c’est que la naturopathie dispose de nombreuses solutions naturelles pour réguler nos émotions, écouter notre faim et perdre du poids naturellement. Médecine naturelle et préventive, elle se base sur une hygiène de vie adaptée aux besoins respectifs de chacun. Dévorez sans plus attendre, tous les conseils de votre naturopathe pour vous libérer de vos pulsions alimentaires et de vos kilos émotionnels !  

Pourquoi mangeons-nous nos émotions ?

Comportement alimentaire et émotions : un lien très intime 

Pour commencer, il faut rappeler que nous avons tous une identité alimentaire différente, construite avec notre éducation, nos croyances et l’endroit où nous vivons. Notre rapport à la nourriture participe à définir notre personnalité et notre structure. Il débute dans le ventre de notre mère et s’acquiert ensuite tout au long de notre vie : il est donc encore possible de le modifier ! 

Pour cesser d’avaler ses émotions, il est essentiel de repérer ce réflexe dans notre comportement et d’identifier, la ou les causes, qui nous incitent à nous ruer sur le placard à gâteaux. 

Distinguer la faim et l’envie de manger pour perdre du poids

Saviez-vous que l’appétit est contrôlé par notre cerveau limbique (émotionnel) et reptilien (survie, plaisir, fuite, peur) ? Notre volonté, elle, se situe au niveau du cortex (raisonnement, stratégie). La faim est donc avant tout gérée par nos besoins physiologiques et nos émotions, et non par notre volonté. Intéressant non ?

La faim physiologique 

Notre appétit permet de réguler la quantité d’énergie dont notre corps a besoin pour fonctionner. La sensation de faim se manifeste par une baisse d’énergie, de la concentration et des contractions de l’estomac (le ventre qui gargouille). Nous avons tous un appétit différent, en fonction de nos modes de vie, de notre travail, de notre dépense physique. Qui dit faim dit aussi satiété, une sensation qu’il faut absolument apprendre à ressentir. En effet, lorsque nous sommes rassasiés, nos cellules transmettent un signal à notre cerveau pour lui signifier que nous n’avons plus faim. C’est l’hypothalamus, une glande située au niveau du cerveau, qui gère la faim et la satiété. 

Il est primordial d’être à l’écoute de cette dernière, et c’est pourquoi il est recommandé de manger au calme, de bien mastiquer et de prendre son temps. N’avez-vous jamais ressenti la sensation d’avoir trop mangé après un repas pris sur le pouce et dans de mauvaises conditions ? C’est parce que la sensation de satiété se manifeste environ 15 à 20 minutes après avoir commencé à manger. C’est un neuromédiateur qui arrive à l’hypothalamus et indique à notre cerveau d’arrêter de manger. D’où la nécessité de prendre son temps pour éviter de manger vite et trop ! 

La faim émotionnelle 

Lorsque nous mangeons en réaction à une émotion négative, nous parlons alors de faim « émotionnelle » : c’est d’elle dont nous allons principalement nous intéresser tout au long de cet article. Nos pensées génèrent des émotions perçues comme agréables ou désagréables. Ces dernières sont souvent régies par une peur de l’abandon, de dire non, de ne pas réussir, de décevoir quelqu’un, etc. Dans ces cas-là, nous avons tendance à les enfouir et à ne pas les laisser nous traverser, mais cette stratégie, bien souvent inconsciente, peut entraîner une réaction impulsive. Vous l’avez compris : manger ! La nourriture devient alors un réflexe pour trouver du plaisir dans notre quotidien. Si cela peut sembler être une solution de réconfort rapide, l’effet s’estompe immédiatement et l’émotion d’origine revient aussitôt notre petite douceur engloutie ! Lorsque l’on mange, la zone du plaisir est activée dans notre cerveau, et c’est la raison pour laquelle nous aimons prendre un bon repas ou grignoter. Toutefois, lorsque l’alimentation émotionnelle est fréquente, voire systématique, elle devient problématique. En effet, la plupart du temps, on se tourne vers des aliments trop riches, trop sucrés, trop gras et ultra-transformés, qui nuisent à la santé et entraînent une prise de poids. 

Il est capital d’écouter et d’accueillir ses émotions pour comprendre et gérer son alimentation émotionnelle.

La faim compulsive 

Lorsqu’on se nourrit trop et que le sentiment de culpabilité est fort, on bascule dans ce que nous appelons l’alimentation « compulsive ». Elle provoque du stress et nous plonge dans un cercle vicieux : on mange, on culpabilise, on stresse et ainsi de suite. On parle alors d’alimentation « pansement » (on comble un vide, cela survient généralement dans l’enfance ou à l’adolescence.) ou d’alimentation de « contrôle » (on se restreint, on perd la notion de plaisir et on finit par craquer sur les mauvais aliments.). 

Et la gourmandise dans tout ça ? Lorsque nous sommes tout simplement gourmands et que nous avons un rapport sain à la nourriture, nous profitons et il n’y a aucune notion de culpabilité ! Il faut savoir doser les petits plaisirs et avoir une alimentation équilibrée.

Excès alimentaires et cycle féminin

Un autre élément essentiel ayant un impact sur l’appétit des femmes est le cycle menstruel. Les variations hormonales liées au cycle expliqueraient pourquoi il est plus difficile pour les femmes que pour les hommes, de se restreindre devant des aliments gourmands (lire l’étude). Pendant la phase lutéale (après l’ovulation) beaucoup de femmes observent qu’elles ont davantage faim et qu’elles ont des pulsions sucrées avant leurs règles. En plus de cela, la sérotonine, appelée aussi l’hormone du bonheur, est moins bien synthétisée durant cette période. Les femmes sont donc plus sujettes à grignoter pour trouver du réconfort. Il est vraiment important de comprendre et de connaître son cycle afin d’accepter d’éventuels petits craquages. Nous avons parfois tendance à culpabiliser et à être dures avec nous-mêmes ! Il est vivement conseillé d’avoir une alimentation saine et adaptée avant vos règles : protéines, aliments source de fer et de magnésium.

Enfin, les changements hormonaux qui apparaissent au cours d’une grossesse peuvent également entraîner des envies alimentaires spécifiques et soudaines.

Naturopathie : des solutions naturelles pour arrêter de manger ses émotions 

Vivre pleinement ses émotions, les observer, les accueillir et les accepter : voilà la clé pour stopper l’alimentation émotionnelle ! Alors comment fait-on concrètement ? La naturopathie dispose de nombreuses astuces naturelles pour vous aider à retrouver la sérénité et ainsi faire la paix avec la nourriture. Choisissez les pistes qui vous attirent le plus, testez, et surtout restez bienveillante avec vous-même !

Manger en pleine conscience pour maigrir durablement 

Comme nous l’avons évoqué, il est encore tout à fait possible de changer notre rapport à la nourriture à l’âge adulte. Bien sûr, cela demande du temps et de la rigueur pour instaurer de nouvelles habitudes. Il sera très important d’y trouver du plaisir ! Vous allez apprendre de nouvelles choses en nutrition, comme par exemple la dissociation alimentaire ou la chrononutrition, mais aussi de nouvelles saveurs, et surtout très rapidement vous sentir mieux  ! 

Jeûner pour mieux penser

Nous grandissons avec l’idée qu’il faut manger pour se nourrir. Avez-vous déjà réalisé qu’il existe d’autres façons de se nourrir ? Lorsqu’on connaît bien le fonctionnement du corps, on réalise que l’on peut se passer de nourriture plus longtemps que ce que l’on pense. Le meilleur exemple est le jeûne. Avant de poursuivre, sachez que le jeûne, malgré tous ses bienfaits, n’est pas forcément adapté à tous. Il est vivement conseillé d’être accompagné par un naturopathe avant de se lancer. 

En naturopathie, l’élimination des toxines est primordiale . Le jeûne permet d’accélérer le nettoyage des liquides organiques, le tout au bénéfice de nos humeurs et de nos pensées. Une personne, qui n’élimine pas ou mal, est potentiellement plus exposée aux déséquilibres et aux maladies. D’ailleurs, le fait de jeûner permet une meilleure concentration en sérotonine, ce qui permet de retrouver plus de sérénité et de réduire le stress. Si cela vous intéresse, le jeûne intermittent peut être une bonne option pour commencer. 

Il n’est pas nécessaire de jeûner pour mieux gérer notre alimentation émotionnelle, mais le simple fait de comprendre ses bienfaits est déjà un premier pas ! 

Manger vivant 

En naturopathie, l’alimentation a un impact direct sur la qualité de nos pensées et notre état émotionnel. Plus les aliments que nous mangeons sont crus, frais et naturels, plus nos idées sont claires et notre moral au beau fixe ! Les aliments transformés et raffinés sont généralement dépourvus de nutriments. Ils privent notre organisme d’éléments essentiels et l’obligent à puiser dans ses propres réserves, ce qui peut provoquer des carences. En plus de cela, les produits difficiles à digérer gaspillent notre énergie et fatiguent l’organisme. 

Avant de manger, commencez toujours par vous demander si vous avez vraiment faim et dans quelle quantité. Ensuite, privilégiez au maximum les produits frais, crus, naturels, bio, faites le plein d’antioxydants (alimentation anti-inflammatoire) et prenez conscience que vous mangez vivant ! Vous sentirez d’autant plus l’énergie et la vitalité procurées par vos aliments. Les naturopathes recommandent de composer une assiette avec une proportion de fruits et légumes frais, crus et cuits complétés par des protéines animales (œufs, fromages à base de lait cru, produits de la mer, viandes blanches) et un peu de féculents. 

Adoptez le réflexe d’ajouter quotidiennement des fruits et légumes frais et de saison à vos plats. Privilégiez la cuisine maison et des modes de cuisson sains. L’idéal est de réduire le sucre raffiné, les féculents raffinés (pâtes, pain, riz…), les plats préparés, le café et l’alcool. En prime, vous aurez moins de problèmes de digestion ! 

Le contexte du repas a également toute son importance : manger doucement, bien mastiquer, dans une atmosphère paisible, idéalement sans écran. Cette ambiance aide à manger en pleine conscience et à mieux ressentir la sensation de satiété. Cela devrait aussi rapidement vous aider à mieux comprendre votre relation émotionnelle avec la nourriture. 

Les aliments bons pour le moral 

Certains aliments sont connus pour leur action sur le moral et peuvent aider à gérer le stress. N’hésitez pas à vitaminer votre cuisine avec :

  • Les aliments riches en oméga-3 : huile de lin, noix, poisson
  • Les noix et oléagineux, riches en oligo-éléments : amandes, noix 
  • Les aliments riches en sucres naturels : miel, fruits frais, fruits déshydratés
  • Le germe de blé et la levure de bière : riches en vitamine B
  • Le cacao cru : sous forme de fèves ou en poudre

La phytothérapie pour lutter contre les pulsions alimentaires

L’aromathérapie, une branche de la phytothérapie, peut être un vrai soutien lorsque nous voulons manger nos émotions. Les huiles essentielles d’agrumes sont, en effet, particulièrement intéressantes, car elles ont un effet calmant, et apportent joie et légèreté. Par exemple, vous pouvez inhaler de l’essence de mandarine, d’orange douce ou de pamplemousse à même le flacon lorsque vous ressentez un mal-être ou l’envie de succomber à une tablette de chocolat. Choisissez celle qui vous réconforte le plus ! 

Vous pouvez aussi vous aider des Fleurs de Bach. Il s’agit de 38 élixirs floraux, élaborés il y a plus d’un siècle par le Dr Bach, chacun correspondant à un état émotionnel précis. C’est une méthode douce destinée à transformer les émotions négatives et à aider à lâcher-prise. A​​vec ces fleurs, on commence par identifier si nous souffrons de peur, d’anxiété, de surmenage, etc. C’est une première partie du travail pour choisir la ou les fleurs les plus adaptées. Il existe également un célèbre complexe d’urgence (synergie de 5 élixirs), destiné à toutes les situations de crise. Un naturopathe pourra vous aider facilement à trouver les produits qui vous correspondent le plus.

Le sommeil : son rôle clé dans l’alimentation émotionnelle

Avez-vous déjà remarqué que vous aviez très faim après une nuit de sommeil trop courte ou une insomnie ? Il s’agit d’une réaction physiologique : quand nous ne dormons pas assez, l’estomac sécrète de la ghréline en excès et nous fait manger plus. En parallèle, l’hormone de la satiété, la leptine, diminue considérablement. À cela s’ajoute l’augmentation de notre taux de cortisol à cause du stress généré par le manque de sommeil, accompagné du développement d’une résistance à l’insuline. Ce qui explique pourquoi nous avons envie de sucre. Nous en stockons plus et il se transforme en gras, en particulier au niveau abdominal. Un sommeil réparateur est donc essentiel pour mieux gérer ses émotions et son poids ! Faites le lien entre votre dernière nuit et ce que vous dicte votre estomac. Si la faim est trop forte, essayez de vous faire plaisir avec des aliments sains et variés que vous aimez, en attendant de recharger les batteries la nuit suivante.

Gérer son stress et ses émotions pour perdre du poids naturellement

Pratiquer une activité sportive régulière

Ce n’est pas un secret, l’exercice physique permet de mieux gérer le stress et les émotions négatives.

Une marche ou une petite course peut nous aider à nous déconnecter de nos problèmes. Trouvez une pratique, même douce, qui vous plaît afin de ne pas perdre votre motivation et intégrez-la dans votre routine : le yoga, le pilate ou même la marche.

La méditation 

Pour accompagner votre pratique de l’alimentation de pleine conscience, il peut être bénéfique de réaliser des séances de méditation. Le principe de base de la méditation est de développer son attention et sa concentration. Elle aide à contrôler le flot des pensées, à prendre du recul, faire une pause et à être dans l’instant présent. Méditer permet de retrouver l’harmonie, mais aussi de réaliser que l’on peut aussi se « nourrir » sur les plans mental, émotionnel et spirituel. Avec de la pratique, vous aurez plus de facilité à ressentir vos émotions et vous vous tournerez peut-être plus vers la méditation, une activité créative ou sportive, que vers la nourriture, lorsque vous aurez besoin de réconfort et de paix. Pour approfondir, n’hésitez pas à consulter mon article Gestion des Émotions : 5 Vraies Raisons de Méditer.

Le pouvoir de la visualisation 

La visualisation positive peut vous aider à modifier votre relation à la nourriture. Le tableau de visualisation est un outil puissant pour créer la vie dont nous rêvons. Il est intimement lié à la loi de l’attraction. Il permet de déterminer ses objectifs, ses priorités, son mode de vie rêvé. C’est un exercice très agréable à faire, pour tous les aspects de sa vie : travail, amour, projets, etc. Un objectif posé, associé à une pensée quotidienne, prendra forme dans notre vie. Regarder chaque jour son tableau de visualisation pousse à se concentrer sur les choses que nous désirons vraiment. Trouvez des images inspirantes et qui vous motivent (des assiettes saines et gourmandes, quelqu’un qui pratique le yoga, etc.) pour ainsi rappeler à votre esprit la direction dans laquelle vous voulez aller.

L’écriture pour apaiser ses émotions

L’écriture est un parfait allié dans la gestion de nos émotions. Elle permet de conscientiser rapidement et intuitivement ce qui se passe en nous. Ainsi, si vous avez une envie irrépressible de manger, écrivez librement ce que vous ressentez. N’hésitez pas à avoir un petit carnet toujours à portée de main. Vous pouvez également noter vos repas et vos sensations avant, pendant et après avoir mangé. Une fois de plus, cela vous aidera à trouver les causes de vos pulsions alimentaires et à travailler dessus.

J’espère que les pistes évoquées dans cet article vous motiveront et vous aideront progressivement et sereinement à faire la paix avec la nourriture. Choisissez celles qui vous correspondent le plus et testez les. Restez toujours bienveillante avec vous-même : changer son alimentation et son rapport à l’alimentation demande de la patience et de la douceur. N’hésitez pas à consulter un psychologue et/ou à réaliser des séances d’hypnose afin de vous soutenir dans votre démarche. Enfin, gardez en tête la notion de plaisir ! Pour ne pas craquer tout d’abord, mais aussi pour réussir à installer de nouvelles habitudes saines et durables, sans frustration. S’il vous arrive de céder, ne tombez pas dans la culpabilité, acceptez vos émotions et rappelez-vous qu’elles sont passagères.


Votre naturopathe à Lyon

Naturopathe à Lyon, j’accompagne les femmes, spécialement en périnatalité. Je suis naturopathe spécialiste en fertilité, en accompagnement de la grossesse et travaille également avec les enfants et adolescents. Vous pouvez prendre rendez-vous en cabinet à Lyon et Villeurbanne. Je propose également des consultations  de naturopathie et des accompagnements en ligne. N’hésitez pas à parcourir mon blog pour découvrir de nombreuses méthodes naturelles pour améliorer votre hygiène de vie.

Sophie Rodriguez, Naturopathe à Lyon

La santé est le bien le plus précieux que nous ayons. Je me consacre à ma passion qui est de vous guider pour atteindre ou conserver la pleine santé par des techniques de prévention de santé naturelles.

7 février 2022

Vous aimerez aussi…

Wraps Verts à l’Avocat

Wraps Verts à l’Avocat

Je vous propose une recette simple de wraps verts à l'avocat qui peuvent être servis au petit déjeuner, pour le...

Porridge Salé Aux Asperges

Porridge Salé Aux Asperges

Le porridge salé est un plat que je cuisine typiquement le week-end où lorsque je sais que je ne vais pas déjeuner le...

Prévoir une Grossesse à Lyon

Prévoir une Grossesse à Lyon

Vous êtes Lyonnaise et vous ne savez pas comment faire pour prévoir une grossesse de manière naturelle? Vous envisagez...

Pin It on Pinterest

Share This